OUVRONS LES YEUX

Citation de Diogène de Sinope

« À ceux que les songes effrayaient, il disait : Vous ne vous souciez pas de ce que vous voyez pendant la veille, pourquoi vous inquiéter des choses imaginaires qui vous apparaissent dans le sommeil ? »
In DIOGÈNE LAËRCE, Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres.

Autrement dit

Que les hommes s'intéressent tant à leurs rêves a de quoi surprendre. Car souvent, les mêmes cherchent désespérément à décrypter le sens de leurs rêves, mais semblent à peine concernés par ce qui se passe autour d'eux. Comme si, à l'inverse de ce que nous enseigne la raison, les fantasmagories qui traversent notre esprit pendant que nous dormons avaient plus d'importance que les réalités que nous avons chaque jour sous les yeux. D'où cette invitation paradoxale à ouvrir les yeux. Plutôt que de consulter vainement devins et clés des songes pour trouver un sens à ce qui n'en a peut-être pas, consacrons-nous à l'examen de ces choses si familières que nous ne les voyons plus : nos façons de vivre, nos conventions, nos valeurs. Demandons-nous si celles-ci sont toujours conformes à ce qu'ordonne la nature…

Temps de chien

Après Platon et Aristote, Diogène le cynique nous rappelle opportunément que la philosophie est fille de l'étonnement. Non pas l'étonnement, somme toute banal, qu'on éprouve face à un événement extraordinaire, mais l'étonnement de celui qui s'emploie à questionner ce qui semble aller de soi, ce qui semble ne soulever aucune difficulté. Or, Diogène, qui se targuait de vivre comme un chien au milieu des hommes, mettait ses contemporains face à leurs contradictions, dénonçant chez tous une clairvoyance à géométrie variable. Cette leçon, qui est proprement philosophique, vaut toujours aujourd'hui. L'un milite pour le respect des droits de l'enfant, mais ferme les yeux sur la façon dont sont extraits certains minerais indispensables à la fabrication de son téléphone; l'autre s'enflamme pour une performance mettant en scène des sans-abris, mais reste aveugle à ceux qui mendient sous ses fenêtres… Les pires cauchemars ne sont peut-être pas ceux qui nous réveillent en sursaut !

Comments: